Notre président et sa fille, une des gazelle du groupe, grandement investie dans le projet

Conférence le vend. 10 nov. 2017 à Livron, par Jean-Armand Hourtal, Président de l'Institut OSA : "Bien dans sa peau, bien dans son corps pour une communication harmonieuse avec soi et avec les autres".

Plus de 60 personnes étaient présentes pour soutenir l'association "Vamagazelle" . Cette dernière récolte des fonds pour un départ en direction du Népal. Le projet est l'aide aux enfants par l'apport de fournitures scolaires dans les écoles népalaises, à l'instar de ce qui a été fait au Sénégal l'an dernier par cette même association de bénévoles. 5 jeunes femmes à l'initiative de cette belle démarche, ont été soutenues par l'Institut OSA. Notre président a su trouver les mots pour nous aider à prendre conscience des différentes composantes de notre personne, afin de fonctionner dans une meilleure harmonie entre le physique, le mental et le spirituel.

Jean-Armand Hourtal très écouté par une salle attentive et intéressée par le sujet

Meilleurs Voeux 2016

Afin de bien commencer l'année 2016, Monique PL souhaite partager avec vous quelques recettes pour se protéger d'un hiver qui pourrait venir...

En début de rhume, gorge irritée, nez bouché : 2 gtes Huile Essentielle (HE) radiata sur chaque poignet (face interne) que l'on frotte et hume afin de déboucher les narines et pratiquer la respiration alternée (on pose un doigt sur une narine et on expire de l'autre puis on inspire du même coté, on enlève le doigt posé sur l'autre et on expire, pratiquer 5 fois de chaque coté, 2 à 3 fois par jour).

En cas de mauvaise digestion ou de ventre ballonné : 3/4 gtes HE de basilic en friction sur le ventre, dans le sens des aiguilles d'une montre. 

Pour soulager les courbatures : dans 50 cl de savon liquide neutre (Marseille ou autre), mélanger 10 gtes d'HE de lanvande officinale et 10 gtes de néroli. Mettre 2 c. a soupe dans l'eau du bain. 

Pour hydrater la peau l'hiver, mélanger 2 tasses huile de sésame avec 2 c. à soupe d'huile végétale d'amande douce et 2 c à soupe d'huile végétale de germe de blé.

Monique Pierre-Louis présente cette commission dont elle est la référente :

Cette commission est destinée à faire découvrir des pratiques de "mieux-être". Ces méthodes sont parfois désignées de l'appellation générale de "médecines naturelles ou non conventionnelles". La commission se donne pour mission, conformément à l'esprit de l'Institut OSA, d'informer afin de permettre à chacun "de penser par soi-même". Ceci dit, la commission ne remet aucunement en cause les avancées ou l'intérêt de la science médicale moderne principalement pour des pathologies lourdes.

Mais nous nous intéressons ici à un ensemble de méthodes jusqu'ici passablement négligées par une partie de la communauté médicale officielle.  Les méthodes et pratiques faisant l'objet de cette commission recouvrent les médecines traditionnelles ainsi que des méthodes plus modernes ayant émergé aux 19ème et 20ème siècle. Elles sont appelées également médecines "douces, complémentaires ou alternatives". Leur usage croît en raison du développement de la conscience des patients.

Les médecines non conventionnelles sont souvent issues d'un savoir traditionnel, considérant l'homme dans sa globalité et en relation étoite avec son environnement. Par ailleurs, elles utilisent parfois un vocabulaire, des images, des façons d'exprimer les choses, qui ne sont pas toujours accessibles aux normes de la médecine scientifique. Par exemple, dans la médecine chinoise, on parle du yin et du yang. Ces deux expressions des énergies (une qui pousse, l'autre qui relâche) peuvent se traduire en neurologie orthodoxe par l'action du système nerveux sympathique (met sous tension), et parasympathique (détend pour récupérer).

"Que ton alimentation soit ton premier médicament"  enseignait Hyppocrate. D'après cet adage, il serait possible de maintenir un état de santé optimal sans consommer toutes sortes de médicaments. En efet, il est tout à fait reconnu que certains traitements  engendrent des effets secondaires non négligeables.

Cela étant dit, dans notre situation de bipèdes incarnés, la maladie est une réalité. La fatigue, le burn-out, le stress, le manque d'activité physique, l'environnement... peuvent amoindrir notre immunité et générer de nombreuses déficiences. C’est sur l'écoute de notre capacité de guérison que s’appuie la plupart des approches dites alternatives ou holistiques. Elles cherchent à accompagner l’élan de vie au cœur de l’organisme, se focalisant beaucoup plus sur le fait de maintenir la santé, plutôt que de guérir la maladie. Et au vu de leurs résultats probants, ces approches multiples sont de plus en plus intégrées aux pratiques de la médecine conventionnelle.

Cette commission "Mieux-Etre" repose sur les conditions préalables à la pleine santé, au sens d'un bien-être accru, le bien-être se définissant comme "un état agréable du corps et de l'esprit" (définition hachette), une amélioration du bien-être, de la situation physique, un état du corps ou de l'esprit dans lequel on sent qu'on est bien...

L'amélioration du bien-être, de la situation physique, constitue un support qui offre l'idée d'apporter des informations à des personnes soucieuses d'améliorer leurs connaissances dans le domaine des systèmes de soins. Loin d'être exhaustif, le choix des contenus est limité à certaines pratiques traditionnelles, ainsi nommées pour leur ancienneté et leur ancrage dans une région d'origine, reposant sur des connaissances, compétences et pratiques utilisées pour maintenir les êtres humains en bonne santé ainsi que pour prévenir et aider à guérir des maladies.

Il nous a paru intéressant de rechercher parmi un panel de soins complémentaires, quelques méthodes dont on évoque plus souvent leur usage afin de les présenter aux personnes soucieuses de leur santé. Elles pourront ainsi, en tant que de besoin, choisir la démarche qui leur convient le mieux.

Elles utilisent des plantes, des parties d'animaux et de minéraux. Elles emploient aussi des thérapies spirituelles, des techniques et pratiques physiques, soit séparément ou conjointement.

 

Choix des sujets possibles dans cette commission :

- l'aromathérapie ou médecine aromatique : c'est l'utilisation de plantes aromatiques et d'extraits de plantes (huiles essentielles). Cette thérapie fait appel à l'odorat, l'un de nos sens les plus anciens et les plus primitifs, car lié au système limbique, centre émotionnel du cerveau. Utilisée pour faciliter la relaxation, améliorer l'humeur, réduire le stress et l'anxiété et soulager les symptômes de diverses maladies. Elles servent souvent pour les massages. Elles sont absorbées et agissent sur le corps. Elles sont produites par distillation à la vapeur d'eau et nécessitent une importante quantité de plantes pour produire un kilo d'huiles essentielles.

- les élixirs floraux : cette pratique s'appuie sur l'idée que les maladies physiques sont la conséquence d'états émotionnels négatifs. L'énergie des plantes concentrées dans les remèdes à base de fleurs est sensée apporter une correction. Une fois l'équilibre et l'harmonie intérieurs restaurés, le corps guérit de lui-même. Les essences sont utilisées pour traiter des troubles psychologiques ou physiques aggravés par le stress et l'angoisse, ou un choc mental suite à un traumatisme.

- le reïki est une pratique énergétique appelée également "guérison énergétique", issu du japonnais rei -esprit universel- et ki ou qi médecine traditionnelle chinoise -énergie vitale-. Il serait à l'origine une pratique bouddhique tibétaine ancienne dans laquelle les praticiens servent de simple canal à l'énergie vitale universelle qu'ils transmettent au receveur par imposition des mains. Le reiki affirme réduire le stress, améliore la santé et la qualité de vie et guérit les affections physiques et émotionnelles. Son aspect spirituel favoriserait l'harmonie, la conscience de soi, la créativité et la clarté d'esprit. Il peut être utilisé pour apaiser les mourants.

- la naturopathie, qui est sans doute une des plus vieilles méthode de soins du monde : elle s'inscrit dans la filiation de la médecine hippocratique. Contemporaine de la médecine chinoise, de la médecine ayurvédique indienne, elle traite l'être humain dans sa globalité. Elle vise à enseigner la prévention et à renforcer les capacités naturelles d'auto-guérison du corps. Le praticien utilise et prescrit une large gamme d'outils agissant sur les causes de la maladie : compléments alimentaires, phytothérapie, conseils pratiques, médecine traditionnelle chinoise et ayurvéda. Elle traite avant tout les maladies chroniques et dégénératives (asthme, arthrose...). La naturopathie ne s'applique pas aux situations d'urgence. Elle est de plus en plus intégrée à l'allopathie.

- la réflexologie : technique limitée aux mains et aux pieds, fondée sur la théorie selon laquelle la stimulation de points reflexes situés dans ces zones améliorerait le fonctionnement des glandes et organes internes qui leur sont liés. Ce type de massage stimule la circulation et le système nerveux et relaxe profondément.

- le yoga est aussi une pratique psycho-somato-spirituelle pouvant être citée dans cette liste pour ses liens avec la médecine ayurvédique. Cette discipline traditionnelle met l'accent sur la gestion du mental, un mode de vie sain, des règles éthiques de comportement personnel et social et la quête d'un état de conscience supérieur.

La sophrologie, fille moderne de l'antique yoga, elle intègre les données traditionnelles du passé  aux redécouvertes de la science moderne, le tout dans un langage actuel.

 

Se soigner autrement

Une présentation de cette commission et de son contenu a eu lieu par Monique Pierre-Louis lors de la journée porte ouverte du 19 octobre 2014 à la MJC Coluche de Livron

La première rencontre avait pour thème "les huiles essentielles"

Un programme a été présenté afin d'initier les personnes qui le souhaiteraient à d'autres alternatives de soins que l'allopathie classique, largement répandue aujourd'hui.